ANATOLIE, ART, MULTICULTURALISME

Entretient réalisé avec Ayse Basyazicioglu-Gezen à l’occasion de l’exposition « Multi Couleurs » organisée par la Mairie du 10ème arrondissement de Paris.

NT* : Que signifie pour vous le fait de faire partie de cette exposition ?
Ayse : Si nous faisons partie de la nature en tant qu’être de matière et de l’humanité en tant qu’individu, je pense que nous faisons également partie de toutes les strates de la culture de nos terres d’origine. Nos différences doivent nous enrichir et nos ressemblances nous rapprocher les uns des autres. Pour un monde plus vivable, il me paraît nécessaire que les artistes portent certaines charges. Dans cette approche, notre exposition m’évoque l’harmonie, le dialogue, l’unicité et le sentiment de fraternité. Et parce que le message de cette exposition m’importait énormément, j’ai été très heureuse de faire partie d’un travail de ce genre.

NT : Quel est, à votre avis, le message de l’exposition ? Et quel est le message qu’en tant qu’artiste, vous transmettez à travers vos œuvres ?
Ayse: Alors que dans le monde entier on essaie de transformer toutes les différences en hostilités, cette exposition exprime au contraire ce message : « nous pouvons travailler dans l’harmonie, nous pouvons partager et créer ». En transformant nos différences en richesse, tous ensemble nous devrions être capable de consacrer notre énergie à créer un plus bel avenir. Je pense que l’outil le plus important dans la réalisation de cette visée est le pouvoir unifiant et pacificateur de l’art. J’aime profondément l’homme, ce petit être solitaire au milieu de l’univers qui sans quiétude se cherche un sens et une voie et je le tiens pour supérieur à toutes les valeurs qui se sont matérialisées. J’espère qu’un jour l’humanité renoncera à s’anéantir pour prendre une voie « juste » et qu’il partagera toute la beauté de l’univers dans la fraternité. C’est pourquoi, tous les messages concernant l’homme m’intéressent.

NT : que signifie à votre avis le multiculturalisme ?
Ayse : Lorsque l’on parle de multiculturalisme, je le conçois comme un milieu qui, sans tomber dans l'emprisonnement et l'uniformisation, rend possible pour chaque peuple et individu la connaissance et le développement de sa propre culture, et comme la profondeur et l’enrichissement qui naissent de l’échange, du partage et de l’harmonie de ces différentes cultures.

NT : Vous être originaire d’Anatolie, peut-on dire que cela se reflète également dans vos œuvres ?
Ayse : je pense que la géographie dans laquelle nous vivons, l’éducation et la culture acquises et même le climat ont certaines influences sur la formation de la personne. J’ai la conviction que toutes les personnes sensibles, observatrices et créatives, même si elles ne possèdent pas toutes les connaissances relatives au passé et au présent de ces terres, portent néanmoins dans leurs cellules, les différentes couleurs, formes, sons et valeurs humaines qui y règnent. Evidemment, l’artiste, qu’il le veuille ou non, transmettra dans ses œuvres ce qu’il y a en lui et l’esthétique des terres où il vit se reflètera dans son travail. Du reste, l’artiste ne peut produire ce qui n’est pas en lui. Cependant, ces facteurs ne doivent pas nécessairement emprisonner l’individu dans un cadre. Comme faisant partie de l'humanité, l’artiste doit pouvoir, dans sa propre construction, amalgamer à soi les acquis culturels universels, tout en prenant appui sur les terres qui l'ont formé.
Paris 2008

* Réalisé par Nazli Temir (NT).